Le recouvrement de créances : un enjeu crucial pour les entreprises

recouvrement de créances
Les créances sont les sommes d’argent que les clients doivent à l’entreprise en contrepartie d’une transaction. Elles font suite à la vente de marchandises ou aux factures liées à une prestation. Dans la comptabilité, elles sont imputées dans les comptes bancaires ou les caisses. Elles sont nécessaires dans le quotidien de l’entreprise et conditionnent même la pérennité de son activité. Le recouvrement des dettes peut toutefois poser quelques problèmes pour la société.

Qu’est-ce que le retard de paiement ?

Au cours de son exercice, l’entreprise tisse des liens avec de nombreux tiers parmi les clients. Ces derniers peuvent être catégorisés en deux classes. Quand la vente se passe entre les entreprises, il faut évoquer la notion de B2B. Les créances issues de cette opération sont appelées créances commerciales. Au contraire, il faut parler de créance civile quand l’acheteur est un particulier. Dans le cadre d’un B2C, il est rare que les vendeurs accordent plusieurs jours aux grands publics pour payer leur dû. En revanche, l’hypothèse est plausible. C’est notamment le cas lorsque le coût total de la facture dépasse certains montants. De son côté, les sociétés commerciales offrent davantage de flexibilité pour les personnes morales. Cette souplesse est remarquée au niveau des délais de paiement alloués. Mais au-delà des jours de répits, le client vient de dépasser la date convenue. Il y a alors un retard de paiement. Un spécialiste en recouvrement de créances peut intervenir. Vous pouvez voir plus d’informations. Le délai octroyé peut varier de 45 jours fins de mois à 60 jours à partir de l’établissement de la facture. La période dépendra des négociations entre les deux parties. Si aucune mention n’a été introduite dans le document de vente, le délai est fixé par défaut à 30 jours.

Quelle est l’importance des créances ?

Les crédits doivent être considérés en tant que fonds de roulement potentiel. Cependant, elles ne sont pas encore disponibles, mais peuvent d’ores et déjà rejoindre les données du plan de trésorerie. Les gestionnaires ont alors la possibilité d’anticiper une rentrée d’argent. Mais après une défaillance, un déséquilibre va se produire. L’entreprise ne pourra donc pas payer les fournisseurs ou rembourser ses propres dettes auprès des tiers. Elle peut d’ailleurs ressentir des difficultés à restituer ses prêts bancaires. Les répercussions sont remarquées principalement au niveau du bilan. Dans la pire des cas, les institutions s’exposent à des déficits conduisant à la fermeture de l’établissement. La trésorerie d’une entreprise est utile pour subvenir aux dépenses quotidiennes de la société. Elles payent par exemple les salaires à l’aide de cette source de revenu. Pour déjouer les défauts de paiement, il est préférable de se renseigner sur les tiers en affaires. Il est par exemple envisageable de se renseigner auprès de la banque et la greffe du tribunal des commerces. Elles peuvent fournir des données concernant la solvabilité d’un client.

Quelles sont les étapes pour recouvrer les dettes ?

Trois conditions sont indissociables pour définir qu’il s’agit réellement d’une dette. Elle doit être « ’certaine »’. Cela présume que l’entreprise doit être en mesure de prouver son existence. Plusieurs documents peuvent attester de la présence de cette créance, à savoir la facture. Le montant de ladite créance sera précisé. Il faut dans ce sens évoquer son caractère « ’liquide »’. Ici, les données financières inscrites sur un devis ne sont pas éligibles. Enfin, les documents émis devraient faire apparaître une date butoir pour répondre à la notion « ’exigible »’. Elle correspond au moment où la somme due doit être déchargée. Le service de recouvrement de l’entreprise peut essayer de recouvrir les avoirs concernés avec leur propre moyen. Pour ce faire, le responsable pourra appeler en vue d’une relance téléphonique ou établir un contact via email. L’entité peut d’autant solliciter directement les prestations d’une société de recouvrement de créances. Dans les deux circonstances, il est conseillé de privilégier un recours à l’amiable avant de choisir la voie judiciaire.

Quand faut-il saisir la justice ?

Une entreprise n’emploie pas toujours un chargé de perception. Et même si l’organisme disposait d’un service de recouvrement, le suivi du dossier ne serait pas optimal, tout comme la cohérence des actes à accomplir. Il devrait aussi y avoir des planifications en amont. Pourtant, avec une trentaine de mauvais payeurs, il faut par exemple accomplir les mêmes démarches auprès de ces mêmes clients contentieux. De plus, la collecte des dettes n’est pas la principale activité de la société. Un cabinet de recouvrement de créances peut intercéder dès lors que l’affaire devient complexe. Il négocie avec les consommateurs concernés. Puis, après maints échecs, il effectuera toutes les étapes administratives pour obtenir un titre exécutoire. À ce moment précis, le client est forcé de payer. Il est à signaler que la solution de passer par la voie judiciaire reste chronophage.


L’artisanat tibétain : une tradition millénaire
Peut-on réparer un pare-brise ?